Sécurité en ligneSécurité en ligne

  • Les enquêteurs de l'Internet Referral Unit (i2-IRU) ont collaboré à 1 034 dossiers, notamment en matière de propagande terroriste et d'activités extrémistes violentes connexes sur Internet.
  • Les ransomwares continuent à accaparer une large part de l'attention de la Federal Computer Crime Unit (FCCU).
  • Après un intermède de quelques années, la FCCU a de nouveau organisé la formation pour l’obtention du brevet fonctionnel « Computer Crime Unit ».


Recherche sur Internet

La section i2-IRU de la Direction de la lutte contre la criminalité grave et organisée (DGJ/DJSOC) assure différentes missions :

  • la recherche sur Internet ;
  • le blocage de sites et/ou de contenus ;
  • la communication en matière de prévention ;
  • la formation, l’information et le partage d’expertises ;
  • la participation aux actions d’Europol.

Cette équipe se concentre entre autres sur la propagande terroriste et les activités extrémistes violentes connexes sur Internet. Cette mission s’inscrit dans le cadre de l’Internet Referral Unit créée par Europol (IRU EU). Concrètement, la propagande détectée est rendue inaccessible en collaboration avec les fournisseurs d’accès.

En matière d’appui aux unités, en 2019, la cellule a apporté son aide dans 1 034 dossiers, soit une augmentation de 120 dossiers par rapport à 2018.

1 034 dossiers
dossiers
Phénomènes 2019
Terrorisme 314
Information 132
Fraudes 118
Vols 91
Tentatives de suicide 66
Abus sexuels sur mineurs 54
Traite des êtres humains 47
Stupéfiants 40
Ordre public 40
Haine en ligne 37
Cybercrimes 31
Armes 26
Disparitions 23
Hormones 13
Meurtres 2

Federal Computer Crime Unit

La mission de la Federal Computer Crime Unit (FCCU) est la lutte contre la criminalité ICT (Information and Communication Technology), entre autres pour protéger le citoyen des nouvelles formes de criminalité dans la société virtuelle. Cette mission consiste également à soutenir la lutte contre d'autres phénomènes criminels grâce à des enquêtes spécialisées dans des environnements ICT.

En 2019, la FCCU a :

 traité 121 dossiers de cybercriminalité
dossiers de cybercriminalité
 rédigé 131 PV relatifs au modus operandi « ransomware » (contre 171 PV en 2018)
PV relatifs au modus operandi « ransomware* »

* Le modus operandi « ransomware » consiste à installer frauduleusement un virus sur un appareil, à l’insu de son propriétaire. Le virus garde l'appareil et les fichiers « en otage » (cryptés) et les escrocs demandent une rançon.



Formation et expertise

L'année dernière, après un intermède de quelques années, la FCCU a de nouveau organisé la formation pour l’obtention du brevet fonctionnel « Computer Crime Unit ». Depuis lors, une soixantaine de personnes ont suivi le module de base. Les examens n'auront toutefois pas lieu avant 2021.

En outre, la FCCU a apporté une contribution substantielle à plusieurs projets européens de formation concernant le darkweb. Les réactions aux formations organisées sous l'égide du Collège européen de police (CEPOL) – deux sessions, auxquelles ont participé une soixantaine de collègues policiers issus de différents pays d’Europe – ont été positives.

Enfin, la FCCU a affiné le concept et le fonctionnement de la Quick Reaction Force. Cette équipe est responsable de l'intervention policière dans le cadre du plan d'urgence « cybercriminalité » du Centre pour la Cybersécurité Belgique (CCB). Elle se compose aussi bien de membres de la FCCU que des CCU régionales. Depuis la création de la Quick Reaction Force, il n’y a pas encore eu d’incidents remplissant les conditions d’engagement (passage au niveau supérieur en vertu du cyberplan d’urgence).

Sécurité en ligne

Success story

Un outil de piratage supprimé du web grâce à une action policière internationale

Une enquête ouverte par la police fédérale australienne l'année dernière a permis de supprimer du web un dangereux outil de piratage IM-RAT (Imminent Monitor Remote Access Trojan). Une fois l'outil installé sur un ordinateur, les cybercriminels étaient en mesure de prendre le contrôle de la machine de la victime. Les services de recherche estiment qu’il y aurait des dizaines de milliers de victimes. Dans le cadre d'une opération de police internationale, la FCCU a mené avec succès trois perquisitions auprès de suspects, qui ont finalement abouti à la saisie de preuves et à une détention préventive.